Les coachs qui vendent du bonheur c’est comme les diseuses de bonne aventure qui vendent le future

Mai 7, 2020 | TRUCS DE LA TÊTE

Il semble prometteur, mais c’est de la connerie. Voilà. L’article pourrait terminer tout de suite ici.

Je suis coach, je le dis tout de suite. J’ai suivi une formation en France, d’à peu près un an, niveau 6 (bac+4) par le RNCP, qui m’a couté +/-10K, dans une école internationale certifiée par l’International Coaching Ferederation, qui est – si ce n’est la LA – une des meilleures entités du monde dans le domaine du coaching.Et si je dis ça avec grande pompe, c’est uniquement pour pouvoir dire le reste.

Vendre du bonheur c’est détruire le coaching pour le reste du monde

Les collègues de profession qui vendent des accompagnements de coaching « pour que tu sois plus heureux » sont en train de détruire la profession. Et, pour cela, il suffit déjà ceux qui passent à la télé à faire des clichés sur comment le coaching sauve des vies et qui « me donnent », par conséquence, une notoriété incroyable de consommateur intensif de cannabis à chaque fois que je dis à quelqu’un que je suis coach.On me regard et on pense: « Ah, t’es comme ceux qui résolvent tous les problèmes du monde…« .Un accompagnement en coaching n’a rien à voir avec le bonheur. Qu’est-ce que je m’en fou des life coach, des happiness coach, des fulfillness coach, des bla-bla-bla-coach!Ça n’a rien à voir. Rien, nada, niet, zero…

E pourquoi? (il y a tellement de raisons…)

Vendre du bonheur à travers le coaching est, simplement, de tromper des gens. Et même si on essaye de convaincre que « par le fait d’atteindre les objectifs, la personne sera plus heureuse« , je continuerai de plaider que c’est de la superbe, avec beaucoup de qualité, c-o-n-n-e-r-i-e.

  • Tout d’abord parce que, et c’est le plus importante dans cet article, si tu estimes que tu n’est pas heureux et qui tu travailler ce sujet, il y a, en effet, un professionnel qui peut t’aider.Il s’appelle Psychologue!C’est n’est pas le coach, non! C’est celui du cabinet juste à côté. Et ce n’est pas grave si tu ressens le besoin de te faire accompagner par celui-ci. Nous devrions tous en avoir un et on ne le fait pas car nous estimons être tous trop forts.
  • Après, car un coaching se vend. Donc, insinuer que l’on achète un processus pour devenir plus heureux me paraît, a minima, peu éthique. Et, j’en profite, c’est très différente de payer un psychologue quand on estime qu’on n’est pas heureux!
  • Encore, rien démontre qu’une personne sera plus heureuse dans l’atteinte de n’importe quel objectif. Il existe une sacrée différence entre les sentiment de auto réalisation, fierté et le bonheur.
  • Pour finir, il me reste dire que, même si le résultat du coaching se traduire par plus de bonheur après l’attente des objectifs, tant mieux pour le client, on est tous très contents pour lui, mais le coach n’a aucun mérite là dedans.

La seule personne capable de te rendre plus heureux – et si tout va bien je risque de ne rien t’appendre – c’est bien toi!Bon, jusqu’à là on avait tous compris. À part les coachs qui vendent du bonheur.Eric Berne, un psychologue canadien, le créateur de l’Analyse Transactionnelle, défendait que le bonheur vient de l’intérieur et pas des stimules extérieurs, étant possible à travers 5 apprentissages:

  1. savoir DONNER
  2. savoir RECEVOIR
  3. savoir DEMANDER
  4. savoir REFUSER
  5. savoir SE DONNER À SOI MÊME

 

Si tu veux en savoir plus sur le pourquoi t’es le seul capable de réussir à être plus heureux, il se peut que tu trouves des pistes en lisant l’article des 4 Mythes de l’Analyse Transactionnelle.
Click ici pour lire.

 

Contrat de coaching avec un client

Je ne l’avais pas encore écris comme ça et c’était exprès. Mais, c’est comme ça que nous l’appelons. Un contrat avec un client.
Quand j’accompagne quelqu’un en coaching, j’assine un contrat qui détaille le thème du coaching, les potentiels sujets à aborder, le timing pour y arriver, le nombre de sessions, etc.

C’est du concret! Ce qui, per se, est déjà très différent du concept de bonheur, qui n’est pas du tout concret.

Une cliente que j’accompagne depuis peu me disait qu’elle souhaitait « avoir un meilleur travail, dans 1 an« .

Rien que sur l’objectif il y a déjà des choses à éclairer. Pour démarrer, ça veut dire quoi un meilleur emploi? Meilleur sur quoi? Et pourquoi dans un an? Et pourquoi maintenant? Est-ce le meilleur moment? Qu’est-ce qui dépend d’elle pour atteindre son l’objectif? Qu’est-ce qui ne dépende pas?

Après que le client valide son objectif – puisque c’est ça vie – mon job est de l’accompagner à créer des stratégies pour qu’il atteigne son objectif.
Et je veux bien souligner les gras qui démontre que c’est bien le client qui fait tout. Puisque c’est ça vie!

Donc, les coach qui vendent aussi des accompagnement avec la promesse « Nous le ferons ensemble.« , ou « Nous allons travailler pour arriver à votre objectif. » peuvent aussi rejoindre le groupe des diseuses de bonne aventure.

Je ne fais absolument rien! Et tant mieux car je n’aime pas trop travailler…

Mon accompagnement sert à amener le client à comprendre qu’il est capable de tout ce qu’il souhaite accomplir et à définir son processus avec les meilleures étapes pour y arriver.

Comment? Vous voulez savoir? Ok, je dévoile un peu le truc…

Vous vous souvenez de ma cliente? Après avoir travailler son objectif vers quelque chose avec laquelle elle se sent plus à l’aise – « je veux, dans 6 moins, avoir tout fait pour susciter l’intérêt des entreprises sur mon profil » – on a commencé à travailler sur du concret.

Qu’est-ce qu’elle avait fait jusqu’à présent?
Qu’est-ce qui n’a pas été fait? Pour quelle raison?
Qu’est-ce qui la fait ressentir qu’elle n’y arrivera pas toute seule? (c’est ici qui réside la plus part de mon travail. oui, je travail, vous l’imaginez?)
etc.
etc.

Je ne vais pas tout mettre ici car sinon vous le faites tous seuls et je ne serai jamais rémunéré.

Durant le processus, j’accompagne la cliente à identifier ses difficultés, quelles sont les meilleures stratégies à mettre en place pour les surmonter et puis à trouver des actions à mener pour atteindre l’objectif.
Et tout ça, très doucement, pas à pas. Oui, parce que, si c’était facile pour elle, elle ne serait pas là avec moi. Elle l’aurait fait toute seule.

Si cette cliente – et les autres que j’accompagne – se sentira plus heureuse une fois son objectif atteint, je serai très ravi pour elle, et comme ça nous pourrons tous déborder de bonheur. Mais, en pleine conscience, je saurai que je n’ai rien à voir avec son bonheur.

Un coach n’accompagne personne dans ce sens d’atteindre le bonheur. Il utilise plutôt des techniques pour amener la personne à accomplir un objectif pré-définit que, jusqu’à présent, elle n’a pas réussit à atteindre toute seule.

Donc, où est-ce que le bonheur rentre dans l’équation?

Et bah… j’en sais rien… si vous le savez, envoyez-moi un whatsapp… mais il est fort probable que je ne sois pas d’accord…

D'AUTRES TRUCS QUE J'AI DIT

Les trucs les plus importants arrivent en une seconde

Les trucs les plus importants arrivent en une seconde

Les trucs les plus importants arrivent en une seconde! J'ai toujours eu cette conviction, qui est étroitement liée à la 4eme dimension: le temps. Chaque seconde est un événement complètement différent de celui d'avant et celui d'après et donc devient totalement isolé....